Mées

Située le long de l’Adour, Mées est orientée en triangle, sud-nord, marqué à son sommet par la légendaire « Pierre de Tinon ».
Constituée d’une majorité d’espaces naturels, la commune a une bonne densité de population.
Mées fourmille d’infrastructures (école et restaurant scolaire - Salles des fêtes, Ecole de Musique, Stades, Pelote, Pétanque, City-Parc, …) et d’activités associatives ou sportives.
Une activité économique significative est en train d’émerger autour de la RD 824 offrant à des enseignes connues la possibilité de proposer leurs services. Mées ouvre ses portes à cette dynamique via l’implantation de lotissements.

Elle dispose d’une offre touristique : forêt, barthes, Tourbières, Arènes El Campo et de services commerçants en développement.

Nombre d'habitants :

1814 habitants

Horaires d’ouverture de la mairie :

Ouverture au public du Lundi au vendredi :
Lundi et jeudi : 8h30 à 12h
Mardi, mercredi et vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h30

Agence postale communale
Du lundi au vendredi : 8h45 à 11h45

En images

Le maire et les élus communautaires

NIGITA

Nigita Lydia

Titulaire - Maire de Mées
LE_GLOAHEC

Le Gloahec Jean-Michel

Suppléant

À noter

Entre ADOUR et TINON

La limite sud de Mées est constituée de l’Adour, ce fleuve qui fut longtemps le cordon de communication de l’intérieur des terres landaises vers la côte Atlantique. Nul doute que le Port de Mées sur Adour (comme aurait pu s’appeler le village) était l’un des poumons de l’activité économique et commerciale de Mées. Il y avait d’ailleurs un passeur agréé pour le transport des hommes et des animaux. Le nord du village est marqué par une pierre hexagonale dite de Tinon. C’est le point de rendez-vous des communes voisines, lieu mystérieux en pleine forêt où, selon la légende, les sorcières allaient danser la nuit à la lumière des chandelles de résine.

Étonnamment, comme-si l’Adour avait passé le relais, la partie nord de la commune traversée par la RN 824, devient le centre commercial et économique de la commune voire même du Grand Dax. En effet, des entreprises aux enseignes locales et nationales s’y implantent et ne manqueront pas de créer activités, ressources et emplois.

La commune encourage en parallèle la création de lotissements publics et privés pour favoriser l’accueil de nouveaux arrivants.

Les Méessois fêtent leur village fin juin, à l’époque de la St Jean et de la Fête de la Musique, en s’appuyant sur le réseau associatif. En effet, une vingtaine d’associations (récréatives, caritatives, sportives et culturelles) sont implantées à Mées ou ont choisi d’y être apparentées et accueillies.

La commune possède quelques édifices à consonance historique. Outre « La Maison des Glycines » chère à plusieurs artistes musiciens ou peintres et écrivains dont Emile Despax, la Salle des Fêtes, l’Ancienne Poste et le Monument aux Morts ont été conçus par un certain architecte régional, Albert Pommade.

L’ancienne Poste, construite en 1920 vient d’être rénovée pour accueillir l’Ecole de Musique. Pilotée par l’Union de la Jeunesse Méessoise, cette école est l’un des fleurons de l’activité associative locale. Une dizaine d’enseignants et un bureau de bénévoles encadrent 110 élèves et musiciens aguerris.

Les autres associations tels le FC Mées (foot), la Pelote, la Pétanque, le Taekwondo, le Tennis sont aussi très actives dans la formation de leurs licenciés. Elles participent toutes activement à la Vie du Village comme la Gymnastique, le Patchwork, Pixie et Génération Méessoise,

Découvrant l’existence il y a 100 ans d’un Camp de Bûcherons Américains venus à Mées abattre des pins pour alimenter le front de la Grande Guerre, la municipalité a rappelé l’investissement de ces 200 jeunes hommes en aménageant le giratoire de l’école. Des rails traversent désormais ce rond-point pour honorer leur souvenir : « La Voie des Américains ».

A la fin du XIXième siècle, il y avait à Mées encore de nombreux marécages. Leur assainissement les a réduits aux actuelles barthes. Les tourbières, dont certaines étaient exploitées en 1932 n’ont pas été épargnées. Malgré tout, certaines ont survécu. A l’Estanque, un sentier sur pilotis a été aménagé permettant de découvrir ce milieu autrefois commun dans notre région et aujourd’hui en voie de disparition.

A ce jour, une centaine d’hectares d’espaces naturels fait l’objet d’un suivi et d’une préservation dans le cadre de la procédure Natura 2000.

En quelques mots, à tout âge, il fait bon vivre à Mées !

Les textes de cette page sont fournis par la commune

Commune de Mées

Voir tout
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×